top of page

POLYAmono

Le projet Polyamono explore les sujets polyamour et monogamie à travers le costume.

Cette case qui ne nous convient pas ou plus est illustré par cet espace délimité par un contour carré, qui ne peut être franchi qu'après une libération fastidieuse et progressive des différents éléments du costume. Le carré est associé de manière symbolique à la mononormativité et représente une structure rigide et normative qui dicte qu'une relation amoureuse doit être exclusivement basée sur la monogamie. L'idée de devoir "entrer dans la case" peut créer des attentes et des normes restrictives, pouvant générer un sentiment de contrainte et d'inconfort, limitant ainsi les possibilités de relations amoureuses en dehors de ce modèle établi.

 

La découverte du polyamour est illustrée par les différents éléments qui viennent progressivement compléter le costume à l’intérieur de ce cercle. Le désir d'expansion de la compréhension des relations amoureuses en dehors des schémas conventionnels, permet de franchir les limites de notre cercle de connaissance et d’oser explorer l’au-delà. Le cercle symbolise la volonté d'apprendre, ainsi que la possibilité de vivre des cycles de renouvellement et de renaissance à travers l'expérience du polyamour. De nouvelles relations se forment, se développent et se transforment au fil du temps, et la singularité de chaque connexion (amicale, platonique, romantique, sexuelle, sensuelle ou autre) est célébrée.

Le premier costume représente la mononormativité.

Sa silhouette très rigide restreint le corps et reflète un sentiment de malaise qui influence des mouvements rigides, répétitifs et restreints.

Plusieurs éléments soulignent ce sentiment d’enfermement : Le col rigide et rapproché du cou, la structure ressemblante à une boîte rectangulaire qui encombre et enferme les épaules, la corde qui entoure la taille, les lacets des chaussures attachés les uns aux autres et finalement la parure réalisée à partir de tiges en bois colorées en noir, gris et blanc. Le costume est monochrome, à l’exception de deux petits détails colorés ; les deux demie-cœurs et le perroquet Poly qui rêve d’aimer « outside the box ».

Sur le bas de chaque manche se trouve un rouge demie-cœur, qui forme un cœur entier en rapprochant les deux poignets l’un contre l’autre.

La monogamie nous apprend qu'il y a qu'un seul et grand amour et qu'il faut en quelque sorte trouver sa deuxième moitié pour compléter sa moitié du coeur et ainsi former un couple qui ne peut plus se dissocier.

Le tissu du pantalon est noir avec des fines lignes pointillées blanches parallèles. Ces lignes parallèles représentent pour moi le motif des champs, que je lie à l’agriculture. Le moment clé du début de la monogamie.

Inspiré des systèmes de reconnaissance faciale, le maquillage illustre le fait de se sentir contrôlé, à la fois par saon partenaire au sein d’une relation monogame et par la société mononormative.

Le deuxième costume représente le polyamour.

Sa silhouette visualise la liberté d’être soi-même et influence des mouvements fluides, sensuels et libres.

 

Différents éléments du costume offrent des possibilités d’exploration : Le col souple et léger qui fait penser à un papillon, la parure qui représente le polycule, les cordes colorées et le confetti en forme de cœurs jaunes.

Une multitude de symboles et métaphores liés à la non-monogamie sont intégrés dans ce costume : la pieuvre, qui fait référence à la jalousie, la licorne et le dragon, l’arc-en-ciel, les partenaires comètes illustrés par les paillettes et étoiles.

Les couleurs du drapeau polyamour de Jim Evans (1995) et du drapeau polyamour de Red Howell (2022), le perroquet Poly, symbole subtile du polyamour créé par Ray Dillinger (années 90), et le symbole des 5 coeurs créé par Polyamproud sont également intégrés sur le costume.

Les plantes colorées illustrent deux des nombreuses métaphores pour expliquer les amours au plurielles: avoir plusieurs couleurs préférées, ou encore aimer plusieurs plantes et s’occuper de chacune selon ses besoins spécifiques afin qu’elles fleurissent sainement.

Au niveau de la taille, le haut est orné de mains en tissu, qui illustrent le fait d’être entouré.e d’amour, de tendresse, de câlins et d’avoir plusieurs mains qui s’entraident dans les relation polyamoureuses.

Ce projet parle de la remise en cause de la mononormativité. Loin de vouloir dévaloriser la monogamie, il est nécessaire de reconnaître que s'éloigner de ce modèle traditionnel peut souvent impliquer de sortir des normes sociales établies, ce qui peut parfois engendrer un sentiment de solitude. La monogamie peut être perçue comme limitante pour certaines personnes, tandis que le polyamour peut sembler bouleversant pour d'autres. C'est pourquoi il est crucial de permettre à chacun de choisir librement le type de relation qui lui convient le mieux, sans jugement ni pression sociale. La diversité des modèles relationnels est une réalité à prendre en compte, et il est important de favoriser une société inclusive qui respecte et valorise les choix individuels en matière de relations.

Projet réalisé avec le soutien financier du Ministère de la Culture du Grand-Duché de Luxembourg

  • Instagram
bottom of page